Politique

La Somalie est le pays le plus pauvre du fait de la corruption de Farmajo et de son gouvernement


Des catastrophes naturelles telles que la sécheresse, des vagues de criquets et des famines récurrentes suivies par des épidémies, dont la dernière est le virus de la Corona, ont touché le peuple somalien, mais le Gouvernement intérimaire somalien, dirigé par Mohamed Abdullah Farmajo, a ouvert ses portes aux régimes de terrorisme, en premier lieu à la Turquie, et lui a donné l’occasion d’occuper des postes de direction, politique et militaire.

Dans ce contexte, Sharif Ahmed, un spécialiste des affaires africaines, écrit : L’ère dans laquelle Farmajo a dirigé le pays a été marquée par la corruption financière, administrative et active de pays étrangers, la corruption politique et la propagation du clientélisme et l’exploitation de l’influence de responsables de son régime, qu’ils soient grands ou petits, et a coopéré avec des groupes et des organisations terroristes où Farmajo est un intermédiaire entre les renseignements turcs de la part de la Turquie, de la piraterie et des terroristes.

Ahmed ajoute : Il a dépensé d’énormes sommes en 2017 pour remporter les élections précédentes, n’a pas réussi à achever le projet de constitution et à tenir les élections en temps voulu, et la corruption des responsables ne peut être tolérée, car il n’a pas choisi l’un d’entre eux mais a reçu des instructions de l’étranger, sa victoire électorale a été entachée de corruption et a acheté des voix avec des fonds étrangers.

Pour sa part, Hossam Noor, chercheur en relations internationales, a déclaré : Farmajo mène la Somalie dans une situation catastrophique, parce qu’il a négocié avec son gouvernement provisoire plusieurs accords suspects de libération d’otages, conduits par des services de renseignement étrangers. Il a également préparé des pays arabes à l’échec de sa politique étrangère, n’a pas réussi à assurer la sécurité intérieure et à accroître l’influence de l’ordre du jour extérieur et n’a pas réussi à traiter de nombreux dossiers comme la pandémie du VIH.

Pendant l’année écoulée, Nour a signalé que la proportion de Somaliens pauvres s’élevait à près de 80 % de la population, près de 10 % de la population vit juste au-dessus du seuil de pauvreté, au bord du précipice, et 9 familles sur 10 en Somalie souffrent de la pauvreté, au moins une partie de l’argent, de l’électricité, de l’éducation, de l’eau ou de l’assainissement.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page