Moyen-Orient

Encore fois, Beyrouth a vécu un nouvel incendie et des alertes de la part de Greenpeace


Une autre fois, un nouvel incendie a explosé au Liban dans la zone libre du port de Beyrouth, avec une haute colonne de fumée, et cela arrive après plus d’un mois de la grande explosion qui a détruit la zone du port et une grande partie de la capitale du pays.

De ce fait, l’organisation pour la protection de l’environnement, Greenpeace, a averti hier jeudi les habitants de Beyrouth contre des particules toxiques qui peuvent s’exister dans la forte fumée noire causé par l’incendie.

Selon l’armée libanaise, l’incendie a éclaté dans un entrepôt du port dans lequel l’huile et aussi des pneus ont été stockés, et selon ce que Le Figaro a cité, tout au long de l’après-midi, le ciel de Beyrouth s’était recouvert d’une épaisse fumée noire, visible même en dehors de la capitale.

L’ONG pour la protection de l’environnement a écrit dans un Tweet : La fumée peut inclure des composés hautement toxiques et cancérigènes, du carbone noir et des gaz acides. Elle a également indiqué : Les pneus qui brûlent produisent des particules fines, de la fumée visible et des cendres, mais aussi des polluants organiques volatiles qui peuvent être inhalés même en dehors du nuage de fumée.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page